rimb

En résidence à Charleville-Mézières en 2008 , un jeune cinéaste - Patrick Taliercio , avait découvert chez un bouquiniste local un document inédit : dans le "Progrés des Ardennes" daté du 25 novembre 1870 , un article titré "Le rêve de Bismarck" , signé sous le pseudonyme de Jean Baudry ....qui était le nom de journaliste .... d'Arthur RIMBAUD !!!

Cette découverte a fait le tour du monde des rimbaldiens : même l'album Pléiade "Rimbaud" a rajouté cette information dans ses rééditions !

Je vous livre ci- dessous le résumé de cette belle épopée :

LE PROGRES DES ARDENNES DU 25 NOVEMBRE 1870

Un texte inédit de RIMBAUD découvert chez Arch'Libris ! En avril 2008, le cinéaste Parick Taliercio tourne à Charleville un film consacré aux premières fugues du jeune Rimbaud. Un après-midi, par simple curiosité, il pousse la porte de la librairie... Attiré par notre collection de vieux journaux ardennais, il se met à la recherche de documents sur la guerre de 1870 dans les Ardennes. Nous lui présentons, outre des exemplaires du « Courrier des Ardennes », trois rares numéros du « Progrès des Ardennes », journal d' « opposition » ou travailla le poete quelques jours, et ou il aurait pu faire publier quelques articles... Bien que « Le dormeur du Val », ni aucun autre poeme ne s'y trouve, le cinéaste achete le numéro du 25 novembre 1870 : période très interessante pour lui, puisque correspondant à la premiere fugue de Rimbaud. C'est le soir, dans sa résidence de Charleville, en « épluchant » son acquisition, que Patrick remarque un article intitulé « Le reve de Bismarck » et signé d'un certain Jean Baudry... jean Baudry, Jean Baudry ?... La mémoire revient au cinaéste !! Ernest Delahaye, l'ami carolopolitain de Rimbaud, signale dans ses mémoires que Rimbaud aurait écrit un texte sur Bismarck sous ce pseudonyme, et qu'il l'avait proposé au Progrès. Taliercio vient donc de mettre à jour, chez Arch'Libris, un inédit de Rimbaud : son premier texte imprimé, jusqu'à maintenant jamais retrouvé !

En voici la copie intégrale :

Le reve de Bismarck (Fantaisie) C'est le soir. Sous sa tente, pleine de silence et de rêve, Bismarck, un doigt sur la carte de France, médite; de son immense pipe, s'échappe un filet bleu. Bismarck médite, Son petit index crochu chemine, sur le velin, du Rhin à la moselle, de la Moselle à la Seine; de l'ongle, il a rayé imperceptiblement le papier autour de Strasbourg : il passe outre. A Sarrebruck, à Wissembourg, à Woerth, à Sedan, il tressaille, le petit doigt crochu : il caresse Nancy, égratigne Bitche et Phalsbourg, raie Metz, trace sur les frontières de petites lignes brisées, - et s'arrete... Triomphant, Bismarck a couvert de son index l'Alsace et la Lorraine ! - Oh ! Sous son crane jaune, quels délires d'avare ! Quels délicieux nuages de fumée répand sa pipe bienheureuse ! Bismarck médite. Tiens! Un gros point noir semble arreter l'index frétillant. C'est Paris. Donc, le petit ongle mauvais, de rayer, de rayer le papier, de ci, de là, avec rage, - enfin de s'arréter... Le doigt reste là, moitié plié, immobile. Paris ! Paris ! - Puis, le bonhomme a tant rever l'oeil ouvert, que, doucement, la somnolence s'empare de lui : son front penche vers le papier; machinalement, le fourneau de sa pipe, échappée à ses lèvres, s'abat sur le vilain point noir... Hi ! Povero ! En abandonnant sa pauvre tete, son nez, le nez de M, Otto bismarck, s'est plongé dans le fourneau ardent..; Hi ! Povero ! Va povero ! Dans le fourneau incandescent de la pipe..., hi ! Povero ! Son index était sur Paris !... Fini, le rêve glorieux !Il était si fin, si spirituel, si heureux, ce nez de vieux premier diplomate ! - Cachez, cachez ce nez ! Eh bien ! Mon cher, quand pour partager la choucroute royale, vous rentrerez au palais (...) avec des cris de dame (...) dans l'histoire vous porterez (...) entre vos yeux stupides !... Voilà ! Fallait pas révasser ! Jean Baudry.

Aujourd'hui , selon mes informations , Patrick Talercio souhaite revendre sa découverte dans la ville-même de Rimbaud : ainsi , le Progrés des Ardennes du 25 novembre 1870 sera prochainement mis en vente publique ( vers la fin juin ??) à la salle des ventes de Charleville-Mézières !

Le musée de Charleville-Mézières sera-t-il en capacité financière suffisante pour acquérir ce document exceptionnel ???