electrolux3 Le journal L'USINE NOUVELLE annonce aujourd'hui que les dirigeants de SELNI sont venus à Revin pour présenter à l'intersyndicale leur plan de reprise d'Electrolux : voici l'article en copier coller ...

Selni et Electrolux ont bien l'intention de respecter le timing de l'accord qu'ils scelleront définitivement en novembre. Au terme de cette tractation, Selni permettra à 230 salariés de fabriquer à Revin (Ardennes) des moteurs électriques pour l'électroménager et d'autres marchés.

Le 13 septembre, Philippe Vidal, directeur général de la société d'électronique du Nivernais, a entamé le processus de rapprochement avec Electrolux qui doit permettre à 230 des 397 salariés de l'usine de Revin (Ardennes) de garder leur emploi dans la Vallée de la Meuse.

Pérenniser un pan du poumon économique revinois

Le dirigeant de Selni, dont c'était la première visite depuis la signature le 2 septembre 2013 d'une lettre d'intention entre la PME de Nevers (Nièvre) et le géant suédois, est venu expliquer au comité de direction et à l'intersyndicale le projet de reconversion qui permettra de pérenniser un pan important du poumon économique revinois.

Le bras droit de Bruno Flocco, président de Selni, a confirmé que deux lignes d'assemblage seront fabriquées en l'espace de huit mois dans les locaux d'Electrolux à Revin. La première, liée à l'accord officiel à parapher avant la fin du mois de novembre avec Electrolux, concernera la fabrication de 1,2 million de moteurs électriques de type universel uniquement dédiés au groupe suédois. La seconde chaîne sera réservée à des moteurs BLDC innovants et destinés à équiper des volets roulants, des tondeuses, des ventilateurs voire même des éoliennes et des climatiseurs. Soit d'autres acteurs du marché pour Selni. "Si le timing est respecté, on devrait entrer en production au cours du dernier trimestre 2014" estime Philippe Vidal.

2,3 millions de moteurs d'ici 2017

La montée en puissance de la production des deux lignes de montage a d'ores et déjà été programmée : 100 000 moteurs prévus en 2014, 900 000 en 2015 et 1,9 million en 2016, avec en parallèle 530 000 machines à laver à chargement par le dessus qu'Electrolux continuera de produire durant ces trois années. La cadence maximale de production étant envisagée pour 2017 avec 2,3 millions de moteurs électriques fabriqués à Revin. Les horaires de production se dérouleront en majorité en 3x8.

Les dirigeants de Selni feront appel à une main d'œuvre directe composée d'opérateurs, moniteurs, régleurs, conducteurs de ligne, conducteurs de presse et caristes. Mais aussi à des employés indirects : techniciens d'atelier qualité et méthodes, responsables d'équipes, agents de manutention et techniciens de maintenance et outilleurs. Les services management, BE/méthodes, qualité, Achats/logistique, informatique et administratifs complétant les effectifs.

"Afin d'agir vite et bien", comme l'a annoncé Philippe Vidal, une équipe mixte a été mise en place pour peaufiner les derniers points et sélectionner les orientations industrielles hors électroménager. Ce projet s'inscrit dans la méthode de développement de Selni qui entend améliorer ses parts de marchés dans l'électroménager pour renforcer le chiffre d'affaires enregistré en 2013 : 43 millions d'euros.

Et après Vestel, Brandt, Fagor, Gorenje, Candy, Schuthess, Fisher-Palykel et Floot, Electrolux va contribuer à améliorer la position de la PME nivernaise. S'agissant du volet social – salaires, classifications et accords existants à Revin – l'intersyndicale CFDT/CGT/CFE-CGC a pris acte que les dirigeants de Selni n'avaient pas l'intention de modifier les acquis sauf quelques cas particuliers de personnel indirect. Il est vrai que Selni et Electrolux font partie de la même convention collective, celle de la métallurgie. Ce qui facilite les choses.

"Les gens semblent intéressés par cette nouvelle aventure industrielle, explique Philippe Vidal. Ils m'ont paru responsables et impliqués. D'autant qu'ils savent qu'Electrolux appliquera sa stratégie. Ils mesurent donc intérêt qu'ils ont à adhérer à ce projet de substitution qui est financièrement viable."

Pascal Remy

A la lecture de cet article , on s'interroge sur la fiabilité de cette reprise de seulement 230 salariés sur 397 !! Que pense l'intersyndicale de ce contact la direction de Selni annonce la fabrication de 2 lignes d'assemblage en 8 mois ,,. à quel coût et avec quels financements ?? ....quand on sait que Selni ne dispose pas de trésorerie !!

SEULE LA MOBILISATION DU PERSONNEL PERMETTRA DE VOIR PLUS CLAIR DANS CE DOSSIER INDUSTRIEL TROUBLANT ...