Bienvenue sur le blog de
Jean-charles Vanbervesseles Debout les Ardennes qui souffrent

Mot clé - europe

Fil des billets

L'EUROPE VEUT MUSELER LA FRANCE ....et tous les autres pays !

3005

Retraites, droit du travail, services publics, fiscalité: tout ce que Bruxelles veut vous faire perdre





Si la France suit à la lettre les recommandations économiques dévoilées ce mercredi par la Commission européenne, les droits actuels à la retraite, les services publics et les protections des salariés vont en prendre un sacré coup.

Revue de détail de ces changements néolibéraux qui se cachent derrière le terme politiquement correct de "réformes structurelles".

•Retraites rognées

L'objectif assigné par Bruxelles à Paris est de ramener à l'équilibre "pour 2020 au plus tard" son système de retraites. Pour ce faire, la Commission n'édicte qu'un seul oukaze: "Eviter d'augmenter les contributions des employeurs aux régimes des retraites". En clair, il s'agirait donc de jouer soit sur les niveaux actuels des pensions, donc sur le pouvoir d'achat des retraites, soit sur les droits à la retraite à taux plein des salariés, soit sur l'âge légal (65, 67 ans?), soit encore sur l'alignement des régimes spéciaux sur le régime général. Bref, c'est aux Français de faire les efforts. Pas touche aux cotisations des entreprises.

Réponse à l'automne lors du lancement d'une nouvelle réforme des retraites, après celles de 2003 et 2010. Avant cela, une concertation va s'engager entre le gouvernement et les représentants des syndicats et des employeurs lors d'une conférence sociale les 20 et 21 juin.

•Assurance chômage lessivée

La travail étant une charge et non créateur de richesse pour la Commission européenne, Bruxelles demande à la France de "doper sa compétitivité". Après l'Accord national interprofessionnel (ANI) et sa récente transposition dans la loi, voici donc un second round de flexibilisation du marché du travail hexagonal. Cette fois, les assurances chômage sont dans le viseur. Il faut "lancer en urgence une réforme de l'assurance chômage avec les partenaires sociaux pour assurer qu'elle rend attractif le retour au travail", dit la Commission. Fainéant de chômeurs!

•Travail dérégulé

Dans la même veine, la Commission renouvelle sa demande de réforme du marché du travail et d'ouverture de certaines professions comme les notaires ou les taxis. Elle souhaite voir renforcer la compétitivité des services en agissant sur les professions réglementées via la suppression des quotas et autres restrictions juridiques. Elle préconise également de simplifier la législation sur les heures d'ouverture des magasins.

•Règlementations chassées

Selon Bruxelles, Paris devrait aussi supprimer les tarifs réglementés sur le gaz et l'électricité et ouvrir le secteur du transport ferroviaire domestique des passagers. Ce qui est déjà sur les rails.

•Fiscalité remaniée

Là encore, un seul mot d'ordre: tout pour les entreprises, les particuliers peuvent payer! Les services de Jose-Manuel Barroso attendent de la France une "simplification" de sa fiscalité. Soit transférer une partie des cotisations des entreprises vers l'environnement et la consommation. Mais aussi abaisser la taxe sur les sociétés, élargir la base de l'impôt sur le revenu, ramener les taux de TVA proches de la moyenne européenne...

•Moins de services publics

La Commission européenne n'a pas abandonné son bâton austéritaire pour cogner sur l'Etat social. Après avoir octroyé "gracieusement" deux années supplémentaires pour diminuer ses déficits publics en-dessous des 3%, Barroso présente la note en imposant un calendrier précis: 3,6% du PIB en 2014 et 2,8% en 2015, après 3,9% cette année.

Ces deux années supplémentaires ne sont "pas une solution de facilité, au contraire, c'est une exigence que la France fasse les réformes indispensables", a insisté le président de la Commission européenne. Ce dernier a en tête la simplification administrative de l'Etat via la future loi de décentralisation: une occasion de gommer des missions de service public exercées par les collectivités territoriales. Les dépenses de l'Etat restent aussi sous surveillance. La baisse des déficits impose des coupes budgétaires pour 2013 et 2014, auxquelles le gouvernement français a dejà préparé les esprits.

. Convergences Barroso Hollande !!!!!!

José Manuel Barroso ne cache d'ailleurs pas les convergences de vues entre Bruxelles et le gouvernement français ces derniers mois. Selon lui, le "message d'exigence" adressé ce mercredi à Paris "est en ligne avec les préoccupations exprimées par le président français François Hollande". Ce dernier était venu mi-mai dans la capitale belge pour rencontrer la Commission européenne. Il s'était alors engagé à poursuivre la mise en place de réformes, "non parce que l'Europe le demanderait mais parce que c'est l'intérêt de la France".

TOUS LES PARTIS "SOCIALISTES " (sic) EUROPEENS ont déjà accepté d'appliquer cette véritable régression sociale , dont on voit les résultats catastrophiques notamment en Gréce , en Espagne , au Portugal ou à Chypre !... et demain en France , en Belgique , en Angleterre , en Allemagne ...etc ....

LE DEBAT SUR LA SORTIE DE L'EUROPE DU CAPITAL et donc de L'EURO , DOIT S'ACCENTUER AU SEIN DU PCF ET DU FRONT DE GAUCHE : "réorienter l'Europe" est un mot d'ordre dépassé qui ne correspond plus aux intérêts populaires .

NON A UNE EUROPE ALLEMANDE !

sm Malgré le rejet massif du traité de Lisbonne par les français en 2005, la droite persiste et signe pour renforcer les pouvoirs de l'Union européenne , fer de lance de la dictature des marchés financiers : ainsi, Angela Merkel et Nicolas Sarkozy viennent de proposer un nouveau plan baptisé "pacte de compétitivité" ...qui est une arme de guerre contre les droits sociaux, les salaires et les retraites !! Sous la houlette de la chancelière allemande , Sarkozy envisage d'inscrire l'équilibre budgétaire dans la constitution : privatisation des services publics , exonérations fiscales pour les plus riches et abandon complet de la souveraineté nationale sont au coeur de ce projet !
La dictature financière , comme toutes les dictatures , ne mérite qu'une réponse : DEGAGE ! ce n'est pas l'euro qui doit gouverner la France .

LA GRECE LIVREE AUX MARCHES SPECULATIFS !

grContrairement à ce qui se dit depuis des semaines, le conseil européen ne cherche pas à "sauver" la Gréce : il la livre aux spéculateurs internationaux qui -profitant de la dette grecque initiée par la droite et la banque Golden Sachs , font d'énormes profits en pratiquant des taux usuraires sur leurs avances de trésorerie ! ...et c'est bien le PEUPLE GREC qui devrait payer la facture : baisse des salaires,recul de l'âge de la retraite, réduction drastique des services publics ...avec la complicité du gouvernement socialiste de Papandreou et du FMI ...dirigé par le "chou-chou socialiste" des médias ,DSK !!
Les problèmes de la Grèce viendrait d'un soi-disant déficit caché ?...de fait, à l'image de nombreux pays européens , la Gréce a utilisé des milliards pour soutenir les banques contaminées par la spéculation boursière ! Aujourd'hui, les déficits publics s'accumulent : 12,5% en Irlande, 12,1% en Grande-Bretagne,11,1% en Espagne, 9,3% au Portugal , 7,9% en France ...le capitalisme financier est incompatible avec la coopération européenne : les traités de Maastricht et de Lisbonne démontrent leur incapacité à créer une Europe des peuples , et L'EURO EST DEVENU UN OUTIL DE SPECULATION QUI NE PROTEGE RIEN D'AUTRE QUE LE CAPITALISME MONDIALISE !
En réalité, la Gréce est un laboratoire expérimental européen pour tenter de FAIRE PAYER LA CRISE AUX PEUPLES : le Portugal, l'Espagne , l'Italie et la France risquent de suivre au nom de la concurrence libre et non faussée ! faut-il rappeler que la France est le premier détenteur de la dette publique grecque (16,8% selon Natixis) ...ce qui fragilise lourdement la BNP et Le crédit agricole par exemple ! kke
Seul le KKE (parti communiste grec) résiste clairement aux tentatives de l'Union européenne de mettre en place un super plan d'austérité qui ferait payer les intérêts de la dette par le peuple grec ! CE SONT LES BOURSES MONDIALES QU'IL FAUT METTRE EN CAUSE : LES ACTIONNAIRES PEUVENT PAYER , ce sont eux les responsables de la crise ! La bataille politique pour les retraites - en Gréce comme en France, est UN ENJEU CENTRAL de la lutte des peuples européens pour un juste répartition des richesses entre le travail et le capital : des pensions ou des dividendes , voilà le vrai choix !

EUROPE: magouilles blues entre la droite, le PS et les Verts !

pe Hier, le Parlement européen a élu comme Président l'ancien premier ministre polonais, Jerzy Buzek , dés le premier tour ,grâce à une alliance Droite (PPE) ,PS et Verts ! Atlantiste, ultralibéral ,prônant les privatisations à outrance ,assimilant immigrés et délinquants , cet homme est un symbole de la "concurrence libre et non faussée" ...on est à l'opposé de la construction d'une Europe sociale avec un tel président !
Bizarrement les groupes auxquels appartiennent les élus PS et Verts n'ont pas présenté de candidats ...pour autant ,ils n'ont pas soutenu la seule candidate de la Gauche Unitaire européenne(GUE) qui rassemble notamment les élus du Front de Gauche ,qui a tout de même recueillie 89 voix sur 713 !
De fait, les socialistes européens ,les verts et les élus centristes (Modem) gouvernent ensemble- avec la droite , le Parlement européen depuis cinq législatures ! finies les belles promesses électorales de la récente campagne , pour quelques strapontins et vices-présidences, on n'hésite pas à tromper les électeurs de Gauche qui croyaient -de bonne foi, avoir voté pour une Europe sociale et écologique en soutenant Trautmann ou Cohn-Bendit !!!!
Mais à Strasbourg ou à Bruxelles , ces gens-là oublient leurs engagements : SILENCE DANS LES MEDIAS , ON MAGOUILLE HORS LA VUE DES CITOYENS !

EUROPE: 29 mai, anniversaire du NON !

non11 Le 29 mai 2005, il y a juste 4 ans , le peuple français a rejetté par référendum le TCE (traité constitutionnel européen) : hollandais ,puis irlandais ont ensuite fait le même choix !
Malgré cela, les tenants du OUI persistent et signent pour défendre le copier-collé du TCE : le TRAITE DE LISBONNE , bible du capitalisme européen en crise !
Sarkozy revendique la paternité de ce traité ,Bayrou et le Modem l'ont toujours soutenu, les socialistes du "oui" dirigent toujours le PS et Cohn-Bendit a lui aussi toujours voté avec la droite à Bruxelles !! ouiumpo1CVCECVCE
Le front du OUI monopolise tous les médias , tellement il a peur du verdict populaire du 7 juin prochain ! s'abstenir serait une voix pour les ouiouistes ! Le DOUBLE LANGUAGE des socialistes est particuliérement affligeant : .." l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne ..donnerait à l'Europe plus de moyens pour mener ,face à nos problèmes ,une action démocratique ,transparente et efficace." ...c'est écrit dans le programme du PSE !!!!
Face au front du OUI, LE FRONT DE GAUCHE EST BIEN LA SEULE PROPOSITION UNITAIRE (PCF,PG et de nombreux intellectuels) ANTICAPITALISTE QUI RESPECTE LE NON DE GAUCHE MASSIF DES ELECTEURS EN 2005 ! pcf2 LE 7 JUIN , PAS D'ABSTENTION , CONTINUEZ A VOTER NON AVEC LE FRONT DE GAUCHE .

7 JUIN : voter utile, c'est voter FRONT DE GAUCHE .

eur Changer d'Europe , c'est d'abord arrêter la ratification du traité de Lisbonne : pour cela, on ne peut pas faire confiance à la droite ( qui l'a rédigé !) , ni au PS et aux Verts (dont les parlementaires ont permis la ratification de ce traité en France en refusant de s'y opposer) ! LE FRONT DE GAUCHE REGROUPE DONC LES SEULES FORCES DE GAUCHE FIDELES AU NON DU 29 MAI 2005 !
Refuser le traité de Lisbonne, c'est sanctionner l'Europe capitaliste , c'est donc sanctionner la politique de Sarkozy qui applique à la lettre toutes les directives européennes ,notamment dans le domaine économique au nom de "la concurrence libre et non faussée" !
Selon le site web du ministère de la Justice, "la proportion du droit communautaire dans le droit français est comprise entre 60 et 70 % des textes nouveaux .."!! il y a donc bien une soumission de la souveraineté nationale à l'Europe libérale sur l'autel de la libre circulation des capitaux ,des délocalisations , et de l'appauvrissement des services publics ! pcf2
A l'inverse, le Front de Gauche propose un salaire minimum européen et une hausse générale des salaires pour aller vers une harmonisation sociale . Contre les délocalisations , il propose un droit de veto des comités d'entreprises et des droits nouveaux pour les salariés . Pour les services publics , il veut arrêter de suite la privatisation des secteurs vitaux de l'économie comme La Poste, le rail et l'énergie , afin de construire de vrais services publics européens !
Le 7 juin, LE FRONT DE GAUCHE VEUT ETRE UN FRONT POPULAIRE , D'ABORD CONTRE LA DROITE , MAIS AUSSI FACE AUX GAUCHES QUI RENONCENT AU CHANGEMENT ! DEBOUT LES ARDENNES QUI SOUFFRENT , FAITES RESPECTER VOTRE NON DE 2005 !