charleville-mézières

Conseil municipal de Charleville-Mézières du 12 décembre 2012

Intervention de Sylvain DALLA ROSA au nom des élus communistes

"Je partage la colère et l’indignation qui viennent d’être exprimées après le coup de force du Conseil général des Ardennes, qui a décidé d’exclure la ville de Charleville-Mézières de la répartition du Fonds départemental de péréquation de la Taxe professionnelle et cela dés 2012. Conséquence pour notre collectivité, nous ne sommes pas en mesure de voter, aujourd’hui, notre budget primitif 2013 comme cela était programmé. C’est probablement la première fois, depuis que je siège dans ce conseil municipal, qu’une situation aussi exceptionnelle nous conduit à différer de plusieurs semaines le vote de notre budget. Quelle est la situation qui nous conduit à ce geste qui aura à n’en pas douter des conséquences sur la vie de notre commune. Nous sommes en effet victimes d’une triple peine. Notre ville dispose d’un potentiel fiscal très bas qui s’élève à 660 € par habitant et notre département se situe à l’avant dernier rang du classement national pour notre taux de pauvreté. Nous sommes, par ailleurs, victimes d’une casse économique plus amplifiée que sur d’autres territoires. Notre taux de chômage est de l’ordre de 13%, soit trois points au dessus de la moyenne nationale, avec des pointes à quasiment 20% dans certains quartiers comme à la Ronde Couture.

De ce point de vue, avec les menaces qui pèsent sur certaines entreprises à l’image de Vistéon, l’avenir ne s’annonce pas reluisant. Enfin nous sommes victimes, comme l’ensemble des collectivités, du gel des dotations de l’Etat pour 2012 et d’un recul annoncé pour les deux années suivantes. Vous en conviendrez, chers collègues, cela fait beaucoup pour une commune qui doit continuer à assurer l’entretien de son patrimoine et à préserver ses services publics communaux.

Et comme si cela ne suffisait pas, le Conseil Général des Ardennes, à l’unanimité de ses membres droite et PS, vient de décider d’en rajouter dans nos difficultés en nous supprimant le versement du Fonds de péréquation de la TP, ce qui implique un manque à gagner de 640 000€ dés 2012 alors que notre budget est voté et consommé. Il s’agit bien là d’une volonté politique délibérée de nous asphyxier et tout cela et sciemment orchestré, une sorte de revanche politique qui va pénaliser tous les carolomacériens.

Il nous est proposé aujourd’hui des coupes sombres, dans différents budgets, pour pallier ce manque à gagner qui représente prés de 2,5 points de pression fiscale. Parmi les pistes de travail suggérées on évoque l’augmentation de la fiscalité de 5 points, afin de couvrir la perte sur deux années 2012 et 2013, ou la suppression de places en crèche ou encore de rogner sur certaines manifestations comme le Cabaret Vert.

Au nom des élus communistes je ne peux envisager ces suggestions et j’en appel à la mobilisation de toutes les forces vives de notre commune afin de faire céder le Conseil général pour qu’il revoie sa copie. Il nous appartient de mobiliser, bien sur les élus que nous sommes mais également les associations, les syndicats ou les conseils des habitants. Et je vous suggère, Madame le Maire, la tenue d’un Conseil municipal extraordinaire en janvier prochain devant les grilles mêmes de ceux qui ont pris cette décision inique ou nous inviterions tous nos concitoyens."