0mai

Un rassemblement de lutte est organisé à Charleville-Mézières par l'UD CGT pour le 1° Mai , à 10h30 , salle de Nevers : venez nombreux !

LA CGT 08 VIENT D'ECRIRE AU DEPUTE LEONARD POUR LUI DEMANDER QUELLE ATTITUDE IL VA AVOIR PAR RAPPORT A LA POLITIQUE D'AUSTERITE ANTI-SOCIALE DU POUVOIR , lors du vote du "pacte de responsabilité" (sic) du 30 avril

La lettre de l'UD CGT 08 :

Monsieur le député,

Lors de notre commission exécutive, réunie le vendredi 18 avril, nous avons décidé, à l’unanimité, de vous interpeller sur les propositions que la CGT a faites au premier ministre et de vous faire part de nos déceptions face à cette politique gouvernementale.

Nul n’est besoin de vous rappeler, le vote sanction que la majorité au pouvoir vient de subir lors des élections municipales et le fatum à venir aux élections européennes au vue de la politique annoncée par le premier ministre et votée avec une ultra majorité des députés socialistes.

Vous aurez à vous prononcer sur le « programme de stabilité » des finances publiques du gouvernement lors de la séance du 30 avril.

Les salariés, les privés d’emploi et les retraités attendent une autre politique de ce gouvernement. Comment leur faire croire que la relance économique viendra avec :

Le gel du point d’indice des fonctionnaire Les revalorisations du RSA et d’autres allocations qui sont « décalées d’une année ». Le montant des prestations sociales qui ne sera pas revalorisé jusqu’en octobre 2015. ( Pour les retraites le gel des pensions de retraites, jusqu’en 2015, complémentaire gel pendant 5 ans ).

Le SMIC, toujours de bas niveau, exonéré de cotisations sociales met en péril notre système de solidarité nationale et est un « boosteur » pour maintenir une politique de bas salaires dans les entreprises.

Pourtant dans le même temps 30 milliards d’euros ont été trouvés pour aider le patronat sans aucune contre partie, ni contrôle.

Lors de la rencontre de notre organisation avec le premier ministre, où ce dernier garantissait des discussions et des concertations sur les mesures à prendre, nous avons proposé de prendre 4 initiatives : - Poursuivre le travail engagé par Jean Marc Ayrault dans l’objectif d’une remise à plat de la fiscalité afin de déterminer quelle est la contribution des uns et des autres à notre vivre ensemble et construire une fiscalité plus juste. -Faire un bilan complet des aides publiques accordées aux entreprises à chaque niveau territorial, et construire une politique d’aide soumise à des critères et à des engagements contractuels de la part des entreprises. Donner aux représentants des salariés les moyens de connaître l’origine des aides et contrôler leur utilisation.

-Faire l’analyse de l’ensemble des leviers à disposition de l’entreprise pour assurer le développement de l’emploi dans son environnement territorial. Pour cela, deux conditions sont nécessaires : s’appuyer sur l’expression des salariés sur leur travail, donner des droits d’intervention aux représentants des salariés dans la stratégie de l’entreprise, en faisant de la démocratie sociale un objectif. -S’engager dans un plan de relance industriel en France, en s’appuyant sur les filières existantes, en développant la recherche et la qualification des salariés. Relancer les investissements industriels nécessite de retrouver une vision de long terme qui fait défaut aujourd’hui, tant au niveau des entreprises, que de l’action publique et du système de crédit bancaire.

Les mesures annoncées sont régressives et visent à accompagner une stratégie d’austérité.

Le Premier ministre confirme l’austérité salariale dans le public comme dans le privé. Il annonce de façon précise de nouveaux milliards d’euros d’aides aux entreprises, encore une fois sans aucun contrôle ni engagement en termes d’emplois et de salaires. Le plan d’économie dans les finances publiques est synonyme d’une baisse des capacités publiques d’intervention sociale et économique, et d’une réduction des services publics et de leurs missions.

La CGT entend faire du 1er mai un grand moment pour que tous les salariés, les privés d’emplois et les retraités se fassent comprendre encore et toujours par ce gouvernement.

Dans l’attente de connaitre vos positions lors de ce mercredi 30 avril, recevez, Monsieur le député, l’expression de ma considération.

Le SG UD CGT

Pascal LATTUADA