Personne ne conteste le manque de places en crèche sur Rethel (ou ailleurs) : c'est la nature confessionnelle du projet "Saint nicolas de Myre" qui pose problème ! ( voir mes billets précédents des 29/06 et 16/08 ) .
De nouveaux éléments viennent confirmer nos craintes : ainsi , les statuts de l'association ST Nicolas de Myre stipulent bien dans leur article 5 que "les 2 présidents d'OGEC (organisme de gestion des écoles catholiques) Notre Dame et Sainte Thérése ou leurs représentants sont MEMBRES DE DROIT pendant toute la vie de l'association." ! Il est aussi précisé que "les chefs d'établissement de l'école Notre Dame , de l'école et collège Sainte Thérése sont invités avec voix consultative ,aux réunions du conseil. Ils participent à l'élaboration de l'ordre du jour du conseil." QUID DE LA LAICITE DE CETTE ASSOCIATION ?
Le particularisme confessionnel de cette association est confirmé par l'article 15 des statuts qui dit qu'en cas de dissolution de l'association , "les biens seraient rendus aux 2 OGEC des établissements scolaires à 50%." !! LA NATURE CONFESSIONNELLE DU PROJET EST DONC CLAIREMENT EXPRIMEE , y compris sur le plan patrimonial .
Cela confirme que le conseil général des Ardennes a bien transgressé la loi de 1905 en accordant une avance remboursable de 25000€ à ce projet ...avec LA GARANTIE DE LA VILLE DE RETHEL ! les élus de droite de Rethel cherchent à refiler cette créance à la CAF , car ils savent bien que cette micro-créche débouchera sur une perte annuelle d'environ 50000 EUROS en frais de fonctionnement ! ...au détriment des contribuables rethélois !!!
Autrement dit, les élus UMP cherchent le relais de la CAF pour financer une micro-crèche confessionnelle ...alors qu'ils asphyxient financièrement les collectivités territoriales et les services publics ! mais , dans un an , QUI VA PAYER LE DEFICIT DE LA CRECHE PRIVEE ? la CAF ne peut pas intervenir en frais de fonctionnement !!! ....ce sont bien tous les contribuables rethelois qui devront en assumer la charge . Le CA de la CAF doit se prononcer le 24 septembre prochain : les mandatés CGT refuseront de cautionner ce scénario catastrophe ! les créches doivent relever du service public et de la laicité .