belgique

Le PTB+ a obtenu un total de 31 conseillers communaux, 17 élus de districts (à Anvers) et 4 conseillers provinciaux (2 à Anvers, 2 à Liège). Le PTB+ devient ainsi la force émergente à gauche dans toute la Belgique.



Avec 12 sièges communaux, le PTB+ perce dans l’agglomération liégeoise. Avec 4 conseillers communaux et 8 %, il fait une entrée remarquée au conseil communal à Anvers. Le PTB+ obtient ses premiers élus en région bruxelloise à Molenbeek et à Schaerbeek, et au Hainaut à Mons et à Charleroi (sous réserve des derniers résultats). Il confirme son élu à La Louvière. À Genk, le parti de gauche passe de 1 à 3 sièges avec 8,8 %. Le PTB+ confirme à Zelzate (Gand) avec 22 % et six sièges. Le parti avance aussi à Gand, Malines, Louvain et Namur avec ses scores approchant les 3 %.



Avec 12 sièges communaux en région liégeoise, le PTB+ perce à Liège (6,5 %, 2 sièges), à Seraing (14 %, 5 sièges), Herstal (14 %, 4 sièges) et à Flémalle (6,3 %, 1 siège). « La Cité ardente est plus rouge ce soir », a déclaré Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB+ qui rentre au conseil communal de Liège. « Nous devenons le deuxième parti à Seraing et Herstal et nous faisons notre entrée au conseil communal dans une grande ville wallonne. Nous avons pu imposer à l’agenda politique nos thèmes de campagne comme le logement, de l’emploi et la taxation des déchets. Et nous avons ressenti, parmi la population, le besoin d’un véritable parti de gauche, en paroles et en actes. Et avec l’appui du Parti communiste, avec l’élection d’un de leurs candidats à Seraing. »



Avec 8 %, le PTB+ rentre au Conseil communal d’Anvers avec quatre élus et devient le quatrième parti de la métropole à égalité avec Groen! Peter Mertens, président du PTB+, qui menait la liste anversoise, a réagi devant une salle enthousiaste : « Nous pouvons être contents : il va enfin y avoir un parti à Anvers qui va mener une opposition sociale. Nous allons mener, dans les prochaines années, une opposition constructive, sociale, mais forte face au futur bourgmestre Bart De Wever. Le changement commence à Anvers ; nous devons transformer notre score en une organisation forte et en une pression venant de la base. En ce qui concerne le score de la Stadslijst du bourgmestre Janssens, elle ne doit s’en prendre qu’à elle-même. Annoncer, comme elle l’a fait, une semaine avant les élections, qu’Anvers ne fait pas face à une crise du logement, c’est être aveugle devant la réalité. Je suis heureux qu’à Anvers, nous allions avec quatre élus au conseil communal et 17 conseillers de districts pour construire une belle alternative de gauche, une opposition combative. »



Le PTB+ remercie ses électeurs pour leur vote et ses membres pour leur engagement. Ce résultat a une signification nationale : si Bart de Wever veut faire de ce scrutin un tremplin vers 2014, si le gouvernement veut continuer sur la voie de l’austérité, le PTB+ a émergé comme une force qui s’engagera, et au niveau communal et au niveau national, dans une opposition sociale de gauche.



Service de presse du PTB+