Communiqué de la fédération PCF des Ardennes :

Amnistie sociale : Les inculpés Ardennais trahis

Un texte déposé par les parlementaires PCF et portant sur l’amnistie des syndicalistes poursuivis en justice a été voté par une majorité de sénateur de gauche. En demandant aux députés de ne pas ratifier cette loi d’amnistie, le gouvernement vient de briser l’espoir de justice des 8 inculpés ardennais. Ceux-ci font l’objet de poursuites, suite à la manifestation contre la réforme des retraites en octobre 2010 à Charleville-Mézières. A cette occasion, aucun blessé à déplorer mais le bris de la vitrine du siège de l’UMP (protégé par la police) qui affichait le portrait de N.Sarkozy avec des slogans hostiles au progrès social.

Les communistes et le Front de Gauche ont appelé les députés socialistes, dont Christophe LEONARD, à ne pas suivre les consignes du gouvernement et à confirmer à l’Assemblée Nationale le vote majoritaire du Sénat proclamant l’amnistie des faits survenus entre 2007 et 2012.

La criminalisation de l’activité syndicale, réclamée par le Medef et la droite, semble être entendue par le gouvernement qui ne sait plus quoi faire pour leur faire plaisir. Pourtant, aucun crime n’a été commis, ni agression contre des personnes, simplement des salariés excédés par la violence sociale des patrons voyous et la clémence du pouvoir à leur égard.

Si la position du gouvernement devait se confirmer et si les élus socialistes devaient suivre la consigne ministérielle, plus aucun de ces derniers ne pourrait regarder dans les yeux des salariés qui défendent leur emploi et leurs acquis sociaux et leur dire je suis à vos côtés.

Les communistes appellent l’ensemble des Ardennais à ne pas accepter ce nouveau renoncement et à participer aux rassemblements syndicaux du 1er mai et du Front de Gauche le 5 mai (à Paris) pour exiger le maintien de l’amnistie sociale et la fin de l’austérité .

Sylvain Dalla Rosa , secrétaire départemental du PCF .