gr

Communiqué du Parti communiste grec (KKE)

Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

La réponse des travailleurs s'intensifie contre l'offensive anti-populaire sans fin.




Les revenus des travailleurs du privé et du public seront brutalement affectés par les nouvelles mesures. L'objectif du gouvernement, de la ploutocratie et de la Troika est d'aboutir à une diminution drastique des salaires. Les nouvelles mesures réduiront encore les salaires des employés du public, qui ont déjà perdu l'équivalent de 5 mois de salaires, dans le même temps, sur la base du plan de nouvelle structure des salaires, les salaires des travailleurs du public seront amputés d'entre 20 et 50% de leurs salaires, si ce n'est plus ! Tandis que sur le modèle de l'accord lamentable signé dans l'entreprise de télécoms OTE, les salaires dans le privé subiront même des baisses encore plus conséquentes. Ils suppriment les conventions collectives de façon à pousser les salaires à la baisse dans le secteur privé bien en-dessous du honteux Accord national sur les salaires, qui impose en parallèle à des coupes dans les allocations sociales des salaires de misère.







La nécessité d'une intensification immédiate de la lutte, non seulement avec la grève du 19 octobre mais avec une grève générale nationale de 48 heures les 19 et 20 octobre a été décidée par le PAMEpour que la classe ouvrière Grecque puisse porter une riposte décisive aux mesures gouvernementales qui enterrent leurs droits et leurs vies.







Des grèves se sont développées dans tous les secteurs durant toute la semaine contre les mesures du gouvernement, de la ploutocratie, de la Troïka, dans l'ensemble du système de transport urbain public, paralysant le transport public à Athènes. Les travailleurs municipaux sont en grève, faisant pression à travers le refus de collecter les ordures dans de nombreuses municipalités y compris Athènes pendant une semaine. Les travailleurs de la DEH (bureaux de l'entreprise d'électricité) ont occupé pendant deux jours le bâtiment où se trouvent les machines qui impriment les factures d'électricité, bloquant concrètement l'impression et l'envoi aux travailleurs d'un nouvel impôt par tête, une taxe foncière dont le gouvernement a annoncé qu'elle serait prélevée sur les factures d'électricité. La situation dans le secteur de la santé est explosive, où le gouvernement en plus de la fusion d'hôpitaux a annoncé la fermeture de 50% des lits dans les hôpitaux publics et la concession de centaines de lits d’hôpital à des entreprises privées. Des occupations et des arrêts de travail se sont produits dans les plus gros hôpitaux, dont l’Hôpital général public Ag.Savvas contre ces projets gouvernementaux. Les marins organisent une grève de 48 heures lundi et mardi. Les employés dans les agences des impôts tout comme dans de nombreux ministères et organismes publics sont également en grève et ont occupé les bâtiments de plusieurs ministères. Plusieurs secteurs des travailleurs indépendants tels que les chauffeurs de taxi et les avocats sont aussi en grève. Les lycéens, étudiants et enseignants réalisent des manifestations et des occupations depuis un mois et demi vu la situation inacceptable que les parents, enseignants (les professeurs étaient également en grève cette semaine) vivent avec des écoles sans livres et le ministère remettant des photocopies à la place des livres. Dans le même temps, les dernières lois sur les écoles, collèges-lycées et les universités promeuvent et renforcent la marchandisation des écoles et facultés et forcent les parents à payer encore plus.







Un exemple significatif de l'activité du PAME dans la période est la réintégration d'un travailleur licencié dans une des trois grandes entreprises laitières. Face au licenciement de ce travailleur par les patrons de l'industrie laitière MEVGAL, ce fut la riposte des travailleurs qui se sont mis en grève pendant trois jours dans les deux principales usines à Athènes et Salonique. C'est ainsi que les travailleurs ont éventé les plans des patrons qui ne concernaient pas seulement ce licenciement mais des centaines de licenciements à travers la fusion de l'entreprise avec un autre grand groupe de l'industrie laitière. La réintégration du travail nous montre la voie, elle nous montre qu'une lutte résolue peut mettre en échec les plans anti-populaires dans les lieux de travail où tout paraît joué d'avance.







Ces actions qui sont confrontées à l'intimidation du gouvernement et du patronat, déclarant les grèves comme illégales et abusives, s'intensifieront avec les manifestations et les grèves du PAME, les 19 et 20 octobre, dans le cadre de la grève générale.