grContrairement à ce qui se dit depuis des semaines, le conseil européen ne cherche pas à "sauver" la Gréce : il la livre aux spéculateurs internationaux qui -profitant de la dette grecque initiée par la droite et la banque Golden Sachs , font d'énormes profits en pratiquant des taux usuraires sur leurs avances de trésorerie ! ...et c'est bien le PEUPLE GREC qui devrait payer la facture : baisse des salaires,recul de l'âge de la retraite, réduction drastique des services publics ...avec la complicité du gouvernement socialiste de Papandreou et du FMI ...dirigé par le "chou-chou socialiste" des médias ,DSK !!
Les problèmes de la Grèce viendrait d'un soi-disant déficit caché ?...de fait, à l'image de nombreux pays européens , la Gréce a utilisé des milliards pour soutenir les banques contaminées par la spéculation boursière ! Aujourd'hui, les déficits publics s'accumulent : 12,5% en Irlande, 12,1% en Grande-Bretagne,11,1% en Espagne, 9,3% au Portugal , 7,9% en France ...le capitalisme financier est incompatible avec la coopération européenne : les traités de Maastricht et de Lisbonne démontrent leur incapacité à créer une Europe des peuples , et L'EURO EST DEVENU UN OUTIL DE SPECULATION QUI NE PROTEGE RIEN D'AUTRE QUE LE CAPITALISME MONDIALISE !
En réalité, la Gréce est un laboratoire expérimental européen pour tenter de FAIRE PAYER LA CRISE AUX PEUPLES : le Portugal, l'Espagne , l'Italie et la France risquent de suivre au nom de la concurrence libre et non faussée ! faut-il rappeler que la France est le premier détenteur de la dette publique grecque (16,8% selon Natixis) ...ce qui fragilise lourdement la BNP et Le crédit agricole par exemple ! kke
Seul le KKE (parti communiste grec) résiste clairement aux tentatives de l'Union européenne de mettre en place un super plan d'austérité qui ferait payer les intérêts de la dette par le peuple grec ! CE SONT LES BOURSES MONDIALES QU'IL FAUT METTRE EN CAUSE : LES ACTIONNAIRES PEUVENT PAYER , ce sont eux les responsables de la crise ! La bataille politique pour les retraites - en Gréce comme en France, est UN ENJEU CENTRAL de la lutte des peuples européens pour un juste répartition des richesses entre le travail et le capital : des pensions ou des dividendes , voilà le vrai choix !