Bienvenue sur le blog de
Jean-charles Vanbervesseles Debout les Ardennes qui souffrent

BONNE ANNEE DE LUTTE POUR 2015 !

neige002

Mon blog est en sommeil depuis quelques semaines ....dans l'attente d'un nouvel ordinateur !!!!

Dans l'immédiat , vous pouvez me lire épisodiquement sur Facebook !!

A bientôt .

IMG_0068

Toujours aussi déterminées , ces femmes qui représentent majoritairement le personnel d'accueil de la CAF 08 : elles animent le piquet de grève en musique ( tamtam et sifflet !!) pour la seconde semaine consécutive face à l'intransigeance de la direction qui obéit à la lettre aux injonctions ministèrielles visant à faire des économies sur le dos du personnel et des allocataires !!

Prime non proratisée de 4% et dénonciation des conditions de travail ( pour cause de sous effectif récurrent !) sont les 2 revendications pricipales .

ALLOCATAIRES DES ARDENNES , cette grève vous concerne : c'est le service public de la famille qui est remis en cause ! les délais d'attente à la CAF font déjà faire des grimaces à nombre d'usagers ....alors , soutenez le personnel qui se bat aussi pour vous !

La commission départementale de la CGT a apporté un soutien total à ce mouvement ! tous les jours de 14h30 à 15h25 , on peut aller réconforter les grévistes devant la CAF place de la gare à Charleville-Mézières .

Envoyez des mails de soutien : cgtcaf08@orange.fr

TOUS ENSEMBLE , SALARIES ET ALLOCATAIRES , ASSURONS LA DEFENSE DE NOTRE SECURITE SOCIALE !

CAF 08 : second jour de grève reconductible !

IMG_0044

Les agents d'accueil de la Caf des Ardennes ont entamé aujourd'hui une seconde journée d'action en débrayant de 14H30 à 15H25 : les bureaux de Charleville et de Sedan ont dû fermer !

Rappelons leurs revendications : obtention de la prime d'accueil de 4% non proratisée ( ce qui existe déjà dans plusieurs Caf comme troyes, Caen ,Marseille,Perpignan, Nimes , lille ...) , mais aussi pour l'amélioration des conditions de travail dont la dégradation est liée à un sous effectif permanent ( d'ailleurs les bureaux de La Ronde Couture et de Revin sont fermés cette semaine pour résorber les retards , comme l'indique le site internet de la Caf 08 !!) .

Le personnel dénonce les cadences infernales à l'accueil , ce qui met les agents en souffrance ...outre les pressions de la direction sous forme de mails internes du style ..."Bonjour , la production de ce matin est extrêmement faible , sur l'U1 , potentiellement vous pouvez produire 210 dossiers et seulement 52 ont été liquidés , sur l'U2 , vous pouvez produire 280 dossiers et seulement 61 ont été liquidés ... "

Faut-il rappeler qu'en plus , selon le COG (contrat d'objectif et de gestion ) presenté par la ministre Touraine , la Caf 08 devrait "rendre" 7 postes en 2017 !!! ...alors que notre département - selon toutes les études officielles, plonge dans la précarité , c'est à dire necéssite un travail social plus difficile !

Les allocataires sont les premières victimes de ces choix politiques désastreux : soyons tous solidaires avec les grévistes et leur syndicat CGT . Envoyez des messages de soutien : cgtcaf08@orange.fr

Debout les Ardennes qui souffrent .

GREVE A LA CAF DES ARDENNES !

cafu004 Depuis aujourd'hui , suite à l'échec des discussions avec la direction , la majorité des salariés de la CAF 08 , à l'appel du syndicat CGT ( qui vient de SE RENFORCER avec de nombreux nouveaux adhérents ) est en gréve reconductible TOUS LES JOURS DE 14h30 à 15H25 !

Les revendications portent sur le paiement d'une prime d'accueil de 4% non proratisée ( prévue dans la convention collective et qui existe déjà dans d'autres CAF !) , ainsi que sur les conditions de travail dégradées depuis des mois par un sous-effectif chronique ....alors que les besoins des allocataires ardennais sont croissants !

Depuis des mois , les CAF sont victimes des restrictions budgétaires votées par le pouvoir PS , soutenu par les organisations patronales ( Medef , Upa et bizarrement au plan ardennais par l'UDAF !!) . Ces restrictions budgétaires sont confirmées par la convention d'objectifs 2014/2017 et par le vote récent du budget de la Sécurité sociale 2015 ....qui tourne le dos à une politique sociale de Gauche !!!

Les mandatés CGT au conseil d'administration de la CAF 08 sont solidaires des grévistes et invitent tous les allocataires à aller apporter leur soutien aux grévistes tous les jours à 14h30 .

CEUX QUI VIVENT SONT CEUX QUI LUTTENT .

DSC02011 Prés de 80 militants de la vraie Gauche ( communistes , Pg ,Eelv , Poi ) , rejoints par de nombreux adhérents CGT , ont manifesté devant la préfecture des Ardennes pour protester contre l'inefficacité des cadeaux financiers octroyés au patronat par Hollande et Valls ! DSC02017 En effet , c'est Noel avant l'heure pour le Medef , avec les 40 milliards d'argent public mis à disposition des plus grosses entreprises ....sans aucune création d'emplois ! LA ZONE FRANCHE DES ARDENNES EST UN EXEMPLE DE DILAPIDATION DES FONDS PUBLICS SANS AUCUNE CREATION D'EMPLOIS ! ... SERA-T-ELLE RECONDUITE aprés le 31 décembre 2014 comme le souhaite sans raison toute la droite ?

Un exemple local : le groupe PSA Peugeot Citroen va toucher 120 millions en 2014 , alors qu'il annonce plusieurs centaines de suppressions d'emplois en 2015 , dont 68 à Charleville-Mézières ( usine des Ayvelles) ! DSC02020

D'autres politiques sont possibles et necessaires pour relancer l'emploi : lutte contre l'évasion fiscale , mise à contribution des revenus financiers des entreprises, modulation des cotisations sociales pour pénaliser les entreprises qui cassent l'emploi , réforme fiscale de GAUCHE pour un impôt juste , réindustrialisation de la France et des régions , hausse des salaires et des pensions .

Tous ensemble , continuons à exiger des comptes sur l'utilisation abusive de l'argent public : les salaires plutôt que les actionnaires !!!!

NB : comme trop souvent , le journal L'Ardennais -L'Union , - qui n'hésite pas à "couvrir" d'une page le "gavage des canards" ( sic) , n'a pas daigné ni annoncer , ni faire un compte-rendu de ce rassemblement ! ....il est vrai que l'information objective est cruellement absente des colonnes de ce quotidien régional , ce que nombre de lecteurs déplore ! ...et donc n'achète plus ce canard gavé de fausses informations partisanes !

DEBOUT LES ARDENNES QUI SOUFFRENT , avec les forces du FRONT DE GAUCHE , organisons la Résistance face à l'arrogance du Medef ! utilisons massivement internet pour faire circuler les informations politiques et sociales !!

pcf0

Venez nombreux exprimer votre colère ce lundi 1 décembre , à 18h30 , devant la préfecture de Charleville-Mézières !

Dans les Ardennes , la zone franche n'a créé aucun emploi , mais surtout a accentué les inégalités fiscales : ainsi , à La Ronde Couture , un employeur ou une profession libérale qui gagne 100000 euros par an ....paie moins d'impôts qu'un ouvrier smicard !!

ASSEZ DE FATALISME , avec les communistes , exigeons une autre répartition des richesses produites !

0medefvalls

Tenons tête au Medef qui gouverne la France depuis que le duo Hollande-Valls - appliquant à la lettre les directives de l'Union européenne toutes au service du capital , a fait allégeance totale au Medef !! ( notre photo !)

Les communistes ardennais organisent la Résistance en exigeant la transparence sur l'utilisation des fonds publics , c'est à dire de tous les cadeaux fiscaux octroyés au patronat sans AUCUNE CONTRE-PARTIE EN CREATIONS D'EMPLOIS ! ainsi , les Ardennes - plus grande zone franche de France depuis 2006 ( sic!!) , continuent à s'enfoncer dans la paupérisation malgré les centaines de millions d'euros d'exonérations patronales !!!

Au plan national , 30 milliards d'exonérations de cotisations sociales patronales mettent en déficit la Sécurité sociale ! ... outre 10 milliards de crédit impôt compétitivité et 6 milliards de crédit impôt recherche , dont l'efficacité économique est contestée même par la cour des comptes !!!!

Ajoutons les 50 milliards de fraude fiscale ( essentiellement due aux grosses multinationales qui vont dans les paradis fiscaux comme le Luxembourg ) , les 20 milliards de fraudes aux cotisations sociales ( travail dissimulé , heures supp non payées ...) , et enfin les 60 milliards d'évasion fiscale : l'argent existe bien , sauf qu'il est monopolisé par les riches ! Cerise sur le gâteau , on annonce une année EXCEPTIONNELLE POUR LES ACTIONNAIRES AVEC UNE HAUSSE DE 14% des dividendes en 2014 !

J'invite tous les vrais citoyens de GAUCHE à venir exprimer leur colère devant la préfecture des Ardennes ce lundi à 18h30 : ceux qui vivent sont ceux qui luttent !

europe_fric

Le Parti communiste portugais propose à l’Assemblée la « sortie de l’Euro et la nationalisation des banques »



Article AC pour http://www.solidarite-internationale-pcf.fr/



Les communistes portugais ne se posent la question de la sortie de l’euro, mais de comment la préparer. Ils ne se font d’illusions ni sur l’Euro, ni sur le rôle du parlement : y proposer la sortie de l’Euro, c’est une tribune pour les idées communistes, l’occasion de démasquer les faux amis du peuple portugais. A gauche aussi.



Critique depuis sa création d’une monnaie unique perçue justement comme outil d’imposition au Portugal de la casse des acquis démocratiques et sociaux, de paupérisation du peuple portugais, le PCP a longtemps été sceptique sur la faisabilité de la sortie de l’euro.



- Sortir de l’Euro » : une position progressivement adoptée par le PCP.



C’était avant. En décembre 2012, au dernier congrès du PCP, son analyse a été réaffirmée avec force : l’UE n’est pas réformable, comme l’Euro. Depuis, il a organisé plusieurs rencontres avec des économistes du parti ou non pour d’abord poser la question de la sortie de l’euro (mars 2013) puis envisager les conditions de sa sortie (septembre 2014).



En septembre 2014, les trois députés européens du PCP ont officiellement manifesté leur position consistant en une préparation du pays à la sortie de l’Euro, au vu de l’incompatibilité entre le maintien dans l’euro et la concrétisation d’une politique alternative et de gauche.



Ils se sont engagés à porter cette position à Bruxelles, à Strasbourg, au Parlement européen.



Le PCP a franchi une nouvelle étape le mois dernier. Le 15 octobre, le député Paulo Sá a proposé un projet de résolution à l’Assemblée de la République, en trois points : « renégociation de la dette, préparation de la sortie de l’euro et contrôle public des banques ».



Renégocier la dette, sortir de l’euro, nationaliser les banques.



Renégocier la dette ? Oui, dans ses « délais, taux et montants » pour Paulo Sá car la « dette devient impayable » et surtout « plus on paye, et plus on doit ». Les intérêts s’élèvent à 7,7 milliards d’euros en 2014, 60 % de plus qu’en 2011. La dette a augmenté de 54 milliards d’euros en 3 ans !



Sortir de l’euro ? Clairement. Il s’agit de « se libérer de la soumission à la monnaie unique, de retrouver sa souveraineté monétaire, que le pays se prépare à cette nouvelle réalité ».



Après avoir rappelé les avantages économiques de la sortie, le député rappelle tout ce qu’a signifié l’Euro pour le Portugal : destruction de l’apparel productif, endettement externe, baisse des salaires, privatisation des entreprises.



« Il est impératif de libérer le Portugal de la contrainte de l’Euro », bien que le député évoque ensuite plusieurs scénarios – dont celui de la dissolution concertée, ou de la sortie unilatérale subie ou voulue –, le pays doit être prêt.



Nationalisation des banques ? Une évidence quand « les banques privées, reconstituées à partir des privatisations du secteur public, ne servent pas les travailleurs, les populations, les entreprises, les producteurs, l’économie nationale et le pays ».



Refuser la proposition du PCP, c’est « défendre un secteur bancaire qui continue à engraisser les profits des actionnaires, des spéculateurs, de quelques familles ».



Le PCP cite le cas des scandales financiers récents, dont celui de la Banque Espirito Santo, renflouée à coups de milliards par l’Etat portugais !



Une bombe dans l’hémicycle rejetée par la droite et le PS.



Ce projet de résolution a été reçu comme une bombe dans l’hémicycle. Il a rencontré l’hostilité de la majorité de l’Assemblée, alors qu’il bénéficie du soutien de la majorité du peuple portugais.



Tel est la mission que le PCP confie à ses parlementaires. Point de « crétinisme parlementaire », d’illusion sur le fait de « pouvoir peser à gauche ». Le Parlement est une tribune pour déclarer la guerre au consensus dominant, l’occasion de révéler la contradiction entre les partis défendant le système et la volonté du peuple.



Sans surprise, on a retrouvé un vote unanime de la « troika », donc de la droite représentée par le PSD (Parti social-démocrate), le CDS (Centre démocratique et social), de la « gauche » incarnée par le Parti socialiste. Un vote contre les trois propositions, donc pour le maintien dans l’euro et des banques privées.



Le Bloc de gauche refuse de voter la sortie de l’Euro !



Plus éclairant, le vote du Bloc de gauche – soutenu par le PGE (Parti de la gauche européenne) – qui a voté la proposition du PCP sur la renégociation de la dette et sur le retour des banques dans le giron public.



Par contre, le Bloc de gauche a refusé de voter le projet de résolution, pourtant prudent, pour « préparer le Portugal à la sortie de l’Euro ». Le Bloc s’est abstenu.



La question européenne est une des questions qui fait le clivage entre le Bloc et le PCP : le Bloc de gauche a toujours été un parti pro-européen, défendant l’Euro et l’UE, même au nom d’une hypothétique « Europe sociale » à inventer.



D’autres questions séparent les deux partis : les alliances avec le PS, fréquentes pour le Bloc au niveau local, possibles au niveau national comme aux dernières présidentielles, où il s’est rallié dès le premier tour derrière le candidat PS !



Ou encore la question de classe, secondaire pour le Bloc de gauche qui mise plus sur les questions sociétales, tandis que le PCP – avec le syndicat CGTP, dirigé par un responsable communiste – met la priorité sur la lutte de classes, contre la politique anti-sociale du pouvoir.



Les communistes à 13 %, le Bloc à 4 % : la clarté paye !



Les Portugais ont fait leur choix. Longtemps au coude-à-coude dans les sondages, les urnes, depuis deux ans, c’est la Grande divergence en pleine crise de l’euro et de l’UE : en 2009 le Bloc et le PCP étaient au même niveau aux européennes, avec 11 % des voix.



En 2014, le PCP a réalisé son meilleur score depuis 20 ans, avec 13 % des voix. Le Bloc s’est lui écroulé, victime de ses propres contradictions sur l’euro dont il refuse d’envisager la sortie. Avec 4,5 % des voix, c’est son existence même qui est menacée.



Voilà de quoi nous inspirer. Combien de temps encore avant de se rallier à cette position de bon sens, correspondant à notre identité de communiste tout comme aux nécessités du moment ? Le PCP l’a compris, sa ligne paye et elle est utile au peuple portugais dans sa lutte quotidienne.

Budget 2015 : Hollande , président des riches !!!

0holmedef

Le projet de loi de finances 2015 au secours des plus riches !!!!

- 520 euros par an pour les plus pauvres, 5 250 pour les plus riches. Le budget 2015 est marqué par une bien curieuse conception de la justice fiscale. Le point de vue de Thibault Gajdos, directeur de recherche CNRS. Extrait du quotidien Le Monde.


Le 1er septembre, le gouvernement a fait un geste en faveur des plus démunis, en revalorisant de 2 % le montant du revenu de solidarité active (RSA) « socle », qui peut aller jusqu’à environ 510 euros pour une personne seule. Cette augmentation est la traduction concrète du plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté lancé en janvier 2013. Les quelques 2,3 millions de foyers bénéficiaires du RSA auront ainsi, suivant leur situation familiale, un revenu supplémentaire annuel compris entre 120 euros et 250 euros.

Ayant ainsi aidé les plus pauvres, le gouvernement s’est tourné vers les classes moyennes. Pour cela, il a profité de l’existence d’un vieil impôt, rabougri et mité, qui représente à peine 12 % des prélèvements obligatoires et n’est payé que par une petite moitié des contribuables les mieux lotis : l’impôt sur le revenu. En augmentant le seuil de revenus à partir duquel cet impôt est prélevé, on réduit mécaniquement l’imposition des foyers situés autour du revenu médian , sans modifier celui payé par les plus modestes (qui continuent à payer en particulier la TVA et la contribution sociale généralisée). D’après les estimations du projet de loi de finances pour 2015, environ 6 millions de contribuables ayant un revenu proche du revenu médian bénéficieront d’une baisse d’impôt de l’ordre de 520 euros par an.

Largesses du gouvernement

Il n’aurait pas été juste que les plus fortunés soient les seuls à ne pas bénéficier des largesses du gouvernement. Ils n’ont pas été oubliés. La vraie richesse, celle qui prospère et que l’on transmet, celle dont les 10 % les plus riches possèdent la moitié, tandis que les 50 % les plus pauvres n’en détiennent que 7 %, c’est le patrimoine 1. Le gouvernement a donc eu l’idée d’aider les ménages à se constituer un patrimoine immobilier. Pour cela, il a étendu le mécanisme d’incitation fiscale à l’investissement locatif, dit « dispositif Duflot ».

Le principe est simple. Le dispositif Duflot prévoyait une exonération pour l’achat d’un logement neuf, à condition de le louer à une personne ayant des revenus modestes. L’objectif était à la fois de relancer la construction et de favoriser le logement des plus modestes, les locataires ne pouvant être ni les descendants, ni les ascendants des bailleurs. Le gouvernement a décidé de lever cette dernière condition. L’explication est fournie sans fard dans les motifs du projet de loi de finances pour 2015 : « Au final, ces mesures, qui permettent à un nombre accru de contribuables de bénéficier des avantages du nouveau dispositif “Pinel”, tout en conservant la disposition de leurs biens pour assurer les besoins de logement de leur propre famille, renforcent l’attractivité du dispositif. ».

En effet : en achetant 300 000 euros un logement neuf, qu’il met à la disposition de son enfant pendant douze ans, un contribuable pourra bénéficier de 63 000 euros de déduction d’impôt. En d’autres termes, l’Etat contribuera à hauteur de 5 250 euros par an à la constitution du patrimoine de cet heureux contribuable, sans aucune contrepartie sociale. Evidemment, cela suppose de pouvoir disposer de 300 000 euros, ce qui réserve ipso facto ce dispositif aux plus fortunés.

Mais il ne suffit pas d’accumuler le patrimoine : il faut le transmettre ! Le gouvernement y a pensé aussi, et a instauré des abattements exceptionnels de 100 000 euros sur les droits de mutation à titre gratuit des donations de logements d’une part, et de terrains à bâtir d’autre part (moyennant l’engagement d’y construire un logement dans les quatre ans). Lorsque l’on sait que, toutes choses égales par ailleurs, une personne a 2,6 fois plus de chance d’appartenir aux 10 % les plus riches lorsqu’elle reçoit une donation, on mesure l’effet d’une telle mesure sur le creusement des inégalités patrimoniales.

Résumons : 250 euros par an pour les plus pauvres, 520 euros par an pour la classe moyenne et 5 250 euros par an pour les plus riches, associés à une diminution des droits de succession : c’est une conception curieuse de la justice fiscale.

Thibault Gajdos, directeur de recherche CNRS. Extrait du Monde du 10 octobre 2014.

Voilà une analyse trés instructive sur les pratiques des vrais faux socialistes qui gouvernent la France : que chaque lecteur en tire les leçons pour soutenir la vraie GAUCHE dés le mois de mars prochain !!!

cafu004 Sur proposition des mandatés CGT , le conseil d'administration de la CAF des Ardennes - réuni le 7 novembre , a voté la motion suivante A L'UNANIMITE :

" Le conseil d'administration de la Caf des Ardennes , réuni le 7 novembre 2014 , aprés en avoir débattu et au regard de la mesure de mise sous condition de ressources des allocations contenues dans le projet de PLFSS 2015 , souhaite affirmer :

- le principe fondateur de notre sécurité sociale : "chacun cotise selon ses moyens , chacun reçoit selon ses besoins ."

-le principe d'universalité des allocations familiales ( ce qui exclut toute modulation) .

-le caractère indu de certaines charges supportées par la branche famille ( dont les 4,4 MILLIARDS transférés à la branche vieillesse pour les majorations de pensions ).

-le manque de recettes lié au travail non déclaré et donc aux non rentrées de cotisations ( estimées à plus de 20 MILLIARDS ) .

En conséquence , le conseil d'administration de la Caf des Ardennes demande l'abandon de la mesure de mise sous condition de ressources des allocations familiales . "

...mêmes les représentants des employeurs ont voté cette motion qui sera envoyée à TOUS LES PARLEMENTAIRES ARDENNAIS !

Les représentants de la CGT ont rappelé la dangerosité de cette mesure faussement sociale : en effet , c'est la porte ouverte au démantèlement de notre Sécurité sociale et à la privatisation complète du droit à la santé !

Honte à la fausse gauche qui nous gouverne qui préfère raboter la politique familiale au lieu de proposer une véritable réforme de la fiscalité , seule solution juste pour combattre les inégalités et mieux répartir les richesses !

FRANCE-SOCIAL-UNION-LEPAON-THIBAULT

CCN des 4 et 5 novembre 2014



Notre CCN s’ouvre dans un contexte particulier. Je me dois de perturber l’ordre du jour de nos travaux, ainsi que le Bureau l’a dit hier à la Commission Exécutive Confédérale. Personne ne comprendrait et n’accepterait qu’ils se déroulent comme prévu, comme si rien ne s’était passé et je dois vous dire …, moi non plus. Cela fait 7 jours que, chaque minute qui passe, je pense aux syndiqués de notre CGT, aux militants, aux dirigeants dans les professions et les territoires, aux salariés de la maison confédérale, des structures professionnelles et territoriales. En clair, je pense à celles et ceux qui font la CGT. Vous me permettrez aussi d’avoir une pensée pour mes proches, celles et ceux qui m’ont vu et aidé à grandir ma vie durant. Un dirigeant, quel que soit son niveau de responsabilité, faut-il le rappeler ici, est avant tout une femme ou un homme. Comme la direction confédérale, j’ai reçu nombre de messages, croisé des regards, eu de nombreuses conversations et c’est à cela que je pense en commençant cette intervention.



J’ai aussi lu la presse, écouté la radio, regardé la télé. Je ne ferai aucun commentaire sur le traitement de l’information pour me concentrer, devant vous, sur les faits, le pourquoi, et tirer les enseignements qui s’imposent.



Je me souviens de notre CCN au congrès de Toulouse et des propos que je vous avais tenus. Vous remerciant de votre confiance et mesurant le poids de la responsabilité que vous m’avez confiée, je vous avais dit les trois mots qui ont toujours guidé ma vie et mes engagements. Je me permets de vous les rappeler aujourd’hui : honnêteté, loyauté, transparence. Ce n’est pas une simple addition de mots. C’est une ligne de conduite, un état d’esprit et une manière d’être que je souhaite faire partager dans la CGT. Dans une organisation comme la nôtre, il est juste et bon, normal et essentiel, que les débats aient lieu dans nos structures, nos organisations, entre militants, dans les syndicats et avec les salariés.



Mais un syndiqué en responsabilité ne peut pas faire comme si la responsabilité n’évoluait pas avec le mandat que lui confient les syndiqués, les organisations. Des dirigeants qui s’expriment, sous couvert d’anonymat, selon la formule trop connue et entendue, fragilisent l’organisation. Lorsqu’ils se répandent dans la presse en disant que le Secrétaire général de la CGT rencontre les Ministres en dilettante, c’est toute la CGT qu’ils offensent. C’est le contraire de la responsabilité et donc d’être responsable. Chacune, chacun a droit à la parole, doit participer à la prise de décision. Encore faut-il que cela se fasse au bon endroit, dans l’organisation et les lieux que nous avons collectivement mis en place. La confiance n’est pas un acte naturel. Elle se construit, se mérite et s’organise entre nous. Avec respect, sans naïveté, dans la responsabilité que nous ont confié les syndiqués, nous avons en charge de diriger la première organisation syndicale du pays qui fêtera l’année prochaine ses 120 ans. Comme vous, je ressens sur mes épaules le poids de l’histoire. Je mesure la responsabilité qui est la nôtre au regard de nos prédécesseurs, de la situation présente, de la place de la CGT dans notre société, des oppositions de classes dans le pays, des défis qui sont devant nous et des attentes des travailleurs. La logique de blocs, de tendances, d’écuries, ne sera jamais dans ma logique parce qu’elle n’est pas celle de la CGT. Plus encore, il est du devoir du Secrétaire général de lutter contre ces logiques quand elles existent. Je crois fondamentalement au travail collectif, c’est ma conception d’une direction au service de ses organisations, de l’intérêt des salariés, de notre pays. Une confédération est un outil de rassemblement, un acte volontaire pour débattre, pour décider et agir.



Je dois aussi vous dire que je ne sais pas ce qu’est la prétendue « ligne Lepaon ». La seule que je connaisse est celle que nous ont donné les syndicats réunis en congrès à Toulouse et j’entends bien débattre de sa mise en œuvre dans le profond respect des décisions et orientations validées par celles et ceux qui font la CGT.



Il y a un peu plus de deux mois, lors de notre assemblée de rentrée, nous faisions ensemble l’analyse de l’intense campagne idéologique menée à l’encontre de la CGT. Nous y faisions le constat d’un déchainement médiatique haineux, porté par un vocabulaire et une chronologie directement liés aux conflits alors en cours : celui des cheminots, des salariés de la SNCM, des intermittents du spectacle. Nous en avions décortiqué les objectifs et les leviers. Nous n’avions encore rien vu. Depuis une semaine, la CGT essuie une tempête médiatique plus forte encore. La séquence politique dans laquelle nous sommes nous conduit à penser qu’après cet épisode d’autres sont susceptibles d’advenir.



En effet, un document a été subtilisé de l’intérieur de la CGT. Si l’auteur de cet acte avait eu comme préoccupation l’intérêt des finances de la CGT, il avait à sa disposition toute une palette de possibilités pour attirer notre attention sur un éventuel problème. Il pouvait saisir l’Administrateur, un membre du Bureau, un membre de la Commission Exécutive Confédérale, le secrétaire général, sa fédération, son union départementale, la Commission Financière de Contrôle, dont c’est précisément le rôle. Il a donc choisi volontairement, un mois avant une élection professionnelle décisive dans la fonction publique, de nuire à la CGT, à ses syndiqués, à ses militants. Il est responsable aujourd’hui des conséquences de ses actes. C’est ce qui a fait dire au Bureau confédéral, dans son communiqué de mercredi dernier, que rien ne nous détournera de nos objectifs revendicatifs.



J’ajoute à l’attention du Premier Ministre, qui a donné le coup d’envoi au déferlement médiatique : qu’il s’occupe des affaires de la Nation pour lesquelles des résultats sont fortement attendus, et qu’il laisse la CGT s’occuper des siennes.



Volontairement, je ne me suis pas exprimé publiquement. Je sais que cela ne vous a pas facilité la tâche, confrontés que vous étiez à devoir apporter des réponses aux militants et aux syndiqués de vos organisations sans avoir tous les éléments de réponse en main.



Je sais aussi que vous avez fait face à la déflagration. Je voudrais personnellement vous remercier de votre engagement. C’est cela la force de la CGT, celle qui nous est d’ailleurs reconnue : - Savoir se serrer les coudes lorsque l’organisation à laquelle chacune et chacun d’entre nous tient comme à la prunelle de ses yeux, est attaquée. - Savoir d’emblée identifier les objectifs politiques de ces attaques. - Enfin, savoir faire front, même lorsque des interrogations, des doutes, voire des désaccords subsistent et qu’ils demandent des explications entre nous. C’est la raison pour laquelle j’ai réservé mon expression aux premières et premiers dirigeants que vous êtes. Notre réunion du CCN qui devra parler de bien d’autres choses me donne l’occasion de le faire en direct.



Comme vous, j’ai découvert, par la presse, le devis et le montant des travaux réalisés dans l’appartement que j’occupe. Un logement qui fait 79 m2 et non pas 120 m2 comme cela circule dans la presse.



J’ai donc demandé à la CFC de prendre toutes initiatives et dispositions pour contrôler la procédure et les montants des travaux réalisés dans l’appartement ainsi d’ailleurs, pour être complet, que ceux réalisés dans le bâtiment confédéral au 8ème étage, là où se situent mon bureau et ceux du secrétariat général.



J’ai aussi demandé à la CFC de visiter l’appartement pour qu’elle s’assure de la réalité des travaux et qu’elle rende compte au CCN du niveau des prestations dans cet appartement loué par la confédération. Je souhaite sincèrement les en remercier. Je sais que ce n’est pas facile mais c’est utile.



Chacune et chacun d’entre vous sait que j’habite en Normandie.



La demande d’éléments de compréhension de la part des militants et des adhérents de la CGT est saine. Elle participe de la confiance que nous avons entre adhérents de la CGT quelles que soient nos responsabilités. La Commission Financière de Contrôle a, dans des délais très courts, produit un rapport que vous avez sur vos tables. Je passerai la parole à Michel Faivre Picon, Président de la commission à la suite de mon intervention.



Avant même cette intervention, il nous faut tirer enseignement de ce que nous avons vécu pour prendre les décisions qui s’imposent.



J’ai commencé mon propos en faisant le lien entre la campagne médiatique de cette semaine et les précédentes. Elles ont toutes le même objectif. Pourtant, les précédentes sont restées dans le cercle très restreint des chroniqueurs, des observateurs de la vie publique, voire, pourrait-on dire, d’un microcosme très éloigné des préoccupations des syndiqués de la CGT et des salariés. Celle-ci est encore beaucoup plus violente. Les effets qu’elle produit sont d’une autre nature. Dans un contexte de crise économique, sociale, politique et morale majeure, les initiateurs et les complices de cette entreprise de déstabilisation visent à faire vaciller la représentation sociale de la CGT aux yeux des salariés.



La CGT, rempart de ceux qui ne comptent pas, contre ceux qui décident des affaires du monde serait-elle en train de changer de camp ?



Deux choix de gestion de la CGT peuvent en effet blesser ou déstabiliser militants et syndiqués de la CGT. C’est le cas, à la fois du choix du lieu et du montant des travaux.



Le choix de Vincennes d’abord. Pour les franciliens et les habitants du Val de Marne, la commune a la réputation des beaux quartiers. Eux seuls d’ailleurs ont cette référence. Chaque ville a ses codes sociaux, ses quartiers emblématiques, populaires ou chics. Depuis, Grenoble, Caen ou Lille, Vincennes n’a pas de connotation sociale particulière.



Vincennes a été choisi parce c’est à côté de la porte de Montreuil. Beaucoup d’appartements ont été visités par le personnel administratif de la confédération ; cet appartement-là correspondait aux critères recherchés : la proximité de la confédération, la discrétion, le calme et la sécurité, mais également un certain degré d’urgence. Loger plusieurs mois à l’hôtel, ce n’était pas les meilleures conditions pour exercer un mandat aussi exigeant, et loin de ma famille. C’est aussi simple que cela.



Je vous confirme, puisque la question a été posée, que la solution d’un logement en HLM était d’emblée exclue. D’une part parce qu’il y a pénurie de logements sociaux en Ile de France, d’autre part parce qu’il s’agit d’un logement loué par la confédération.



Nous le savons, la symbolique ouvrière est partie prenante de notre histoire CGT. Nous en sommes fiers. La presse utilise précisément cette légitime fierté comme ressort pour déstabiliser et atteindre profondément chaque adhérente et adhérent au cœur de notre système de valeurs. Elle a voulu instrumentaliser notre histoire en exhibant une vision misérabiliste du monde du travail. Or, le monde du travail est divers, composé d’ouvriers, d’employés, de techniciens, de cadres, de chômeurs, de retraités, ruraux ou citadins, habitant Aubervilliers, Saint-Denis, Vincennes, Saint-Mandé, Clichy sous-bois, Nanterre, Montrouge, Montreuil, République, Bastille ou Barbès …



Le montant des travaux effectués dans l’appartement ensuite. Il est de 105 000 euros. Cette somme fait partie des investissements que la confédération engage chaque année pour permettre son fonctionnement. Le montant de 105 000 euros est élevé. Il s’explique par l’importance des travaux qui ont été réalisés dans cet appartement. Il s’est d’ailleurs trouvé quelques médias et journaux ayant gardé la tête froide, l’Humanité, Rue 89 ou le Nouvel Observateur, par exemple, pour faire la part des choses, rester dans la rationalité des chiffres de l’immobilier en région parisienne, faire le parallèle entre les 130 000 euros de devis de travaux annoncés et les centaines de milliards d’euros d’évasion fiscale organisée.



Mais cette somme, les syndiqués la comparent à leurs salaires, leurs retraites, leurs indemnités de chômage, leurs difficultés de vie pour joindre les deux bouts à 10 euros près. C’est précisément le calcul fait par les acteurs de l’opération médiatique. Je vais adresser dès cet après-midi, une lettre du Secrétaire général à l’ensemble des syndiqués de la CGT. Je demande à chacune et chacun d’entre vous d’en assurer la diffusion dans les organisations. Les syndiqués de la CGT doivent pouvoir être rassurés sur leur organisation, être à l’aise pour en parler avec leurs collègues de travail. C’est le sens du message que je leur envoie.



Il faut cependant aller plus loin. Cette opération visant la CGT révèle des failles majeures dans le fonctionnement interne de prise de décisions de notre maison. Il y a donc une faute collective qui ne peut à aucun moment masquer les responsabilités individuelles.



Vous allez prendre connaissance du rapport de la Commission financière de contrôle sur les factures, la réalité des travaux et des équipements de l’appartement. Je rappelle que nos comptes sont doublement audités : par la Commission financière de contrôle d’une part, par le commissaire aux comptes d’autre part. Ils sont publiés, consultables. Notre budget est présenté au Bureau et à la CEC. Les comptes de la CGT sont arrêtés par le Bureau et approuvés par la CEC.



Une question demeure cependant. Elle est parfaitement légitime. Est-ce que le choix budgétaire de dépenser 105 000 euros de travaux dans un appartement dont la CGT n’est pas propriétaire était pertinent ? Les arbitrages et la décision finale, qui engagent le budget de la confédération n’ont été ni débattus ni validés par une instance. Dans le fonctionnement qui est le nôtre aujourd’hui, une seule personne peut prendre cette décision sans être tenue d’en référer à priori à nos instances. C’est une faille qu’il faut absolument corriger.



Dès la semaine prochaine, je soumettrai au Bureau confédéral, selon la procédure en vigueur, le recrutement d’un Directeur administratif et financier. Celui-ci rendra compte de son activité conjointement à l’Administrateur de la CGT et au Bureau confédéral. Il aura d’abord la charge de proposer à la direction confédérale un ensemble de règles permettant de sécuriser notre fonctionnement et nos décisions budgétaires. Il devra notamment faire au Bureau confédéral une proposition du montant pertinent d’engagement de dépenses de fonctionnement et d’investissements à partir duquel le Bureau confédéral devra donner son accord.



Mes chers Camarades, nous avons pris ensemble des engagements devant les syndicats réunis en congrès. Mettre en œuvre nos résolutions pour rendre la CGT accessible, utile et solidaire. Faire vivre notre démarche de proposition, de contestation, d’action et de négociation. Nous avons besoin aujourd’hui de passer à la vitesse supérieure car les salariés attendent des résultats concrets.



Je considère que nous avons un problème de fonctionnement du Bureau confédéral qui handicape notre capacité collective. La qualité des personnes n’est pas en cause, mais l’engagement au sein même du Bureau confédéral pose problème. Nous devons, ensemble, relever ce défi politique. Je crois en les capacités de chacune et chacun pour le faire. Le Bureau confédéral se doit d’être plus que le rassemblement de porteurs de dossiers, aussi aiguisés soient-ils. Il doit avant tout préparer et mettre en œuvre les décisions de la CEC. La participation au Bureau confédéral ne peut pas se faire en fonction des ordres du jour et de leur intérêt. Cela pourrait nous conduire à ne plus travailler collectivement et donc à ne plus être la CGT. Je m’y refuse.



Dès jeudi, je recevrai individuellement chaque membre du Bureau confédéral afin de m’assurer de leur engagement et adhésion à l’esprit d’équipe. Si nécessaire je reviendrai vers le CCN. Comme les statuts confédéraux nous en donnent la possibilité entre deux congrès, je vais proposer au Bureau de vendredi prochain de présenter à notre prochaine CEC du 12 novembre, un renforcement de notre Bureau actuel par deux membres supplémentaires, une femme et un homme, issus d’une profession et d’un territoire. Le CCN du mois de février sera amené, conformément à nos statuts à se prononcer par un vote sur cette proposition.



Voilà les mots que je voulais réserver aux dirigeants de notre CGT, et à travers eux, aux syndiqués, aux salariés.

Je vous livre le mail reçu du syndicat majoritaire d'Electrolux /Selni : une nouvelle fois , il apparait que la loi est bafouée ( délais de convocation non respectés ) par la direction ... pendant ce temps -là , la direction dépêche un huissier chez le délégué CGT en maladie pour lui faire avaliser un plan rejetté par une majorité de salariés !!! ....une explication publique de la CGT s'impose !

"Ce matin, nous avons été invités à un CE extraordinaire à 10h10 pour 11h00 (voir convocation et ordre du jour joint).

Effectivement, la DIRECCTE a invalidé l'accord collectif du PSE SAI du 01 octobre, comme expliqué la semaine dernière, le DS CGT n'a été désigné que le 13/10/14 par son UD.Suite à celà,la direction a organisé une nouvelle signature ce jour même, jusqu'à obtenir celle du DS CGT à son domicile par la DRH, accompagné d'un huissier (le DS CGT est en arrêt maladie depuis le 01/10/14).




Nous ne pouvons que constater, le non respect des délais de convocation pour un CE extraordinaire (voir ci-joint loi, en bas de page surligné en jaune). Voir le courrier envoyé à la DIRECCTE et à la Direction.




Prochaines étapes:




Compte rendu du délibéré du Tribunal administratif (suite validation du PSE par la DIRECCTE le 4/7/14)par Mtre Brun, demain 28 octobre 18h00 salle de l'ancienne mairie Revin

Convocation au Tribunal de commerce de Compiègne le 29/10/14 pour un accord de conciliation entre Electrolux, Selni et SAI.




Cordialement"

0cgtrevin

Voici un texte qui circule sous la signature du syndicat FO d'Electrolux/Selni : de nombreux militants syndicaux s'interrogent en effet sur les positions peu claires de la CGT ! selon nos informations , le syndicat avait majoritairement rejetté la signature du PSE proposé par Electrolux ...néanmoins , un délégué "cgt" ( ? ) l'a signé ! a-t-il été accrédité ensuite par l'UD CGT 08 , comme l'affirme ce texte ?

UNE CLARIFICATION PUBLIQUE S'IMPOSE , non seulement pour l'image de la CGT , mais surtout pour le respect de la démocratie syndicale !

Bonjour à tous,




Ce matin au CE, nous avons appris qu'Electrolux/Selni a saisi le tribunal de Compiègne (60)pour un accord de conciliation.La direction locale nous a lu rapidement le mandat du tribunal de commerce qui consiste à analyser : le projet de réindustrialisation,la solidité du business plan, la périnnité du projet, les travaux déjà efféctués par les cabinets d'experts Syndex et KPMG,expertise économique,...Seulement un représentant/syndicat est invité à Compiègne le 29/10/14 pour donner son avis (FO-CGT-CFDT-CGC) et la direction nous a donné comme consigne de surtout pas en parler.

Voici les questions / réponses de FO:




Pourquoi le tribunal de commerce de Compiègne?




Electrolux a peur de la décision de la DIRECCTE d'invalider le PSE d'autant plus que la signature du délégué syndical CGT est ILLEGITIME.Celui ci a été désigné le 13/10/14 par l'UDCGTO8 (lettre présentée ce jour au CE).La signature CGT du 01/10/14 n'est pas valable, l'accord n'est donc plus majoritaire.Le siège social d'Electrolux France se trouvant à Senlis (60), il a beaucoup de bonnes relations avec son voisin Compiégne...




Pourquoi nous prévenir au dernier moment le 23/10 pour le 29/10?




Tout simplement pour éviter le soutien de notre avocat Mtre Brun.Effectivement, celui-ci plaidera à Lyon ce 29/10/14




Pourquoi inviter qu'un représentant/syndicat et non pas les élus du CE ?




Les élus FO sont majoritaires.On préfère inviter un représentant CFDT futur préretraitable qui ne se préoccupe pas de l'avenir des 186 salariés restants, comme le DSCGT illégitime futur préretraitable qui seront du coté d'Electrolux.Encore une fois, FO sera la seule voix discordante.Mission difficile face à un tribunal acquis probablement à la cause de la multinationale milliardaire.




Pourquoi cette convocation au tribunal doit rester confidentiel??




FO a bien compris la nouvelle maneuvre d'Electrolux, a décidé donc le contraire, et compte sur vous pour médiatiser l'événement.Nous allons donc faire gréve le 29 octobre, pour nous rendre en bus à Compiègne au tribunal de commerce à 11h00, 2 rue Dahomey 60200 Compiègne, dans les mêmes conditions que notre déplacement à Châlons en Champagne.







Bien cordialement.




Philippe Payen

DS FO SAI Electrolux

1418fusilles

Une soirée-débat sur la réhabilitation collective des fusillés pour l'exemple est organisée ce mardi 21 Octobre , à partir de 18h , à l'hôtel de ville de Charleville-Mézières . Projection du film " Adieu la vie , adieu l'amour" .

A l'heure des commémorations du centenaire de la guerre 14/18 , il est urgent de combattre les dangereuses orientations guerrières de Hollande ( Mali , Syrie, Irak , Palestine ...) qui entrainent la France dans un engrenage de tensions internationales : faisons la promotion de la PAIX ! venez nombreux ...

cgt1610 Environ 150 militants ont répondu aujourd'hui , à Charleville-Mézières , à l'appel national de la CGT pour protester contre les nouvelles coupes dans le budget 2015 de la Sécurité sociale !

Un rassemblement symbolique sur la place de la gare , c'est à dire entre la Cpam et la Caf ...dont les conventions d'objectifs et de gestion ( dictées par le pouvoir PS) rognent les aides sociales , alors que les besoins explosent dans notre département !

Le syndicat a dénoncé la dégradation de l'accés aux soins , la désertification médicale , le manque de spécialistes et des dépassements d'honoraires qui oscillent entre 20 et 60 euros ! ( y compris chez des médecins installés en zone franche qui ne payent pas d'impots !!!) .... outre les fermetures des accueils Cpam et Caf qui touchent plusieurs villes des Ardennes !

Ajoutons les déremboursements de médicaments et la réduction des allocations familiales proposés par le gouvernement Valls ( un comble pour un pouvoir qui se dit de gauche !) ...alors que dans le meme temps , les patrons du MEDEF viennent de recevoir prés de 50 milliards de cadeaux fiscaux dans un "pacte dit de responsabilité" qui n'offre aucune contre-partie en terme d'emplois !!

Faut-il rappeler que la Cour des comptes vient d'estimer à 25 milliards les fraudes AUX COTISATIONS SOCIALES ( c'est à dire aux fausses déclarations d'employeurs peu srupuleux) , à cela s'ajoutent les multiples exonérations de cotisations patronales ( ex.la zone franche des Ardennes !) ....ce qui représente une somme du double du déficit de la Sécurité sociale ! cherchez l'erreur .

Ainsi , au lieu de lutter contre les fraudes et les exonérations , on fait les poches des salariés sur ordres du Medef !

La CGT 08 INVITE LES TRAVAILLEURS A VENIR NOMBREUX CE MARDI 21 OCTOBRE , à 11H, place de Nevers à Charleville-Mézières , POUR ACCUEILLIR PIERRE GATTAZ , le patron du Medef qui se rend porte de Flandres en matinée , puis chez Nexans à Donchery dans l'aprés-midi !

Reprenons tous ensemble le mot d'ordre d'Ambroise Croizat , le fondateur de la Sécurité sociale en 1945 : " jamais nous ne tolérerons que soit rogné un seul avantage de la Sécurité sociale , nous défendrons à en mourir et avec la dernière énergie cette loi humaine et de progrés ."

récemment Hier soir , première réunion publique du conseil d'habitants du secteur 4 ( centre ville) : une trentaine de citoyens ont échangé avec les représentants de la municipalité sur le thème de la propreté !

Une majorité d'intervenants a souligné de nombreux problèmes de propreté : poubelles non rentrées , nettoyage des rues peu fréquent ,absence de balayeurs municipaux , pollution visuelle sur la place Ducale ( pourtant classée !) ...etc ...

Nettoyer mieux et salir moins sont les 2 axes stratégiques présentés par le représentant de la municipalité : encore faudra-t-il y mettre les moyens en homme et en matériel !

En attendant les améliorations promises , il est conseillé de téléphoner au service "Allo travaux propreté " : 0324324090 .

A suivre ...

0ud08

Le 16 octobre, la CGT appelle les salariés à une journée nationale de mobilisations coordonnées en amont de l’examen du projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2015 (PLFSS) par l’Assemblée nationale.

Cette initiative s’inscrit dans la campagne de reconquête de la Sécurité sociale, tant sur les questions de son financement que de la réponse aux besoins des salariés. Elle est un des versants de la campagne engagée depuis plusieurs mois par la CGT sur le coût du capital. La CGT entend donc articuler les questions des salaires, de l’emploi et du travail avec cette ambition de reconquérir la Sécurité sociale.

A l'heure où Hollande et Valls s'agenouillent aux pieds du Medef pour engager la chasse au droit du travail , aux chômeurs et aux droits sociaux en général , il est urgent de se mobiliser massivement pour défendre la Sécurité sociale et les allocations familiales !

A Charleville-Mézières , le rassemblement se tiendra le 16 Octobre , à partir de 11h, square de la gare , c'est à dire à quelques dizaines de pas de la CAF et de la CPAM , symboles des organismes de Sécurité sociale ....dont le démantèlement progressif est engagé dans notre département !!!!! Venez nombreux .

charleville-mézières Le 14 Octobre ( c'est mardi prochain) , le conseil d'habitants du secteur 4 organise sa première réunion publique : c'est à la salle de Nevers , à 19h .

Le thème de la soirée est la propreté : il y a beaucoup à dire sur ce sujet !

Venez nombreux pour exprimer vos propositions !

001sark

Un Ardennais dans la tempête de l’affaire Bygmalion Publié le 08/10/2014 par le journal L'Ardennais .

Par Sébastien Laporte et Boris Marois






Le système de fausses factures aurait été évoqué chez Guillaume Bazaille, un Sedanais repéré par Sarkozy et devenu proche de Jean-François Copé.









Guillaume Bazaille vient de passer bien malgré lui de l’ombre à la lumière, sous les projecteurs des enquêteurs. Ancien assistant parlementaire de Jean-Claude Étienne, l’ex-président du conseil régional de Champagne-Ardenne, il a ensuite été repéré pour ses compétences par l’équipe de Nicolas Sarkozy, dès la campagne présidentielle de 2007. Une trajectoire qui le conduira à l’Élysée, comme conseiller technique chargé de la presse, puis dans la garde rapprochée de Jean-François Copé à la tête de l’UMP.

Son bureau est maintenant occupé par François Fillon

Selon lemonde.fr daté de lundi et le Journal du dimanche du 5 octobre, les policiers s’intéressent de près à lui dans le cadre de l’affaire Bygmalion. Car deux réunions auraient eu lieu à son domicile, les 28 février et 2 mars, « juste après les révélations du Point sur un éventuel système de fausses factures organisé entre l’UMP et la société Event & Cie, filiale de Bygmalion » explique Le Monde. Au cours de l’une de ces réunions, « il a bien été question de tout le système de fausses factures qui menaçait d’être découvert », rapporte le JDD en citant Franck Attal, directeur général adjoint de la filiale Event & Cie.

Les fonctions de Guillaume Bazaille ne lui permettaient pas de signer des documents comptables, mais son rôle est alors essentiel dans l’agenda médiatique de Jean-François Copé, ainsi que dans la campagne présidentielle de 2012. Aujourd’hui, le bureau qu’il occupait au 8e étage du siège de l’UMP est celui de François Fillon relève Le Monde…

Originaire de Sedan, Guillaume Bazaille (37 ans) s’était présenté aux élections municipales de 2001 sur la liste d’opposition divers droite emmenée par Annie de Paoli. Il était alors colistier de Bertrand Bonhomme, l’actuel chef de file de l’opposition DVD au conseil municipal de Sedan. « Guillaume Bazaille, je ne l’ai pas revu depuis 2001 », raconte Bertrand Bonhomme, avant d’ajouter sur le ton de la plaisanterie : « N’allez pas me mettre sur le dos l’affaire Bygmalion ! »

Le maire UMP de Charleville, Boris Ravignon, ne garde pas un souvenir plus précis du Sedanais. « Je ne le connais pas très très bien, nous n’avons pas vraiment eu l’occasion de travailler ensemble. Il était au service de presse quand je suis arrivé à l’Élysée en 2007 » explique l’élu, « il est sedanais, mais je ne l’ai jamais croisé dans les Ardennes, je l’ai croisé à l’Élysée ». Boris Ravignon précise au passage qu’il ne nourrit « aucune inimitié » à son encontre.

01sark Malgré un soutien médiatique indécent , le retour de Sarkozy est loin de séduire les français !! fidèle parmi les fidèles , le maire UMP de Charleville-Mézières a annoncé son total soutien à son mentor pour reprendre la présidence de l'UMP !

Force est de constater que les juges d'instruction sont plus nombreux à s'intéresser à l'ex-président des riches que les français !!

ravsark

En effet , outre les nombreuses "affaires" judiciaires qui suivent comme leur ombre Sarkozy , on observe que son programme n'annonce rien de nouveau par rapport à la politique désastreuse qu'il a suivie pendant son mandat ...reprise sans changement malheureusement par Hollande !!!

Le maire de Charleville-Mézières ne devrait-il pas en tirer les leçons qui s'imposent ??

- page 1 de 74